accueil | la revue | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales

Office et culture - stratégies et environnements tertiaires



LA boutique

Découvrez le dernier numéro d’Office et Culture, toute la collection et les articles. Souscrivez un abonnement en ligne, achetez un numéro ou un article de la seule revue, consacrée à l'aménagement des espaces de travail tertiaire.

architecture

aménagement

produits

évènements

la revue

archives

concept

Le campus de l'EPFL en marche

03 juillet 2013 Première étape du plan de réorganisation du campus de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne mené par l’architecte français, Dominique Perrault, le bâtiment BI connecte en couleurs le système hyper-rationnel d’organisation du Campus avec l’ambitieux projet de transformation de l’Ecole.

EPFL


Edifié sur l’ossature métallique de l’ancienne bibliothèque centrale de l’EPFL (remplacée par celle du Rolex Learning Center), le nouveau bâtiment de l’administration abritera sur près de 5 100 m² SP, les services centraux de l’Ecole (ressources humaines, services financiers, vice-présidence, planification et logistique,...) ainsi qu’un bureau de poste, et un café-restaurant. Cette transformation, dont le coût s’élève à 14 millions de francs, a été financée par la Confédération Suisse représentée par le Conseil des écoles polytechniques au titre d’entretien de son patrimoine immobilier. 

Artisan de cette rénovation, Dominique Perrault annonce en couleur les transformations en cours et à venir sur le campus. La nouvelle façade de verre émaillé coloré, organisée sur la trame d’origine du campus, marque l’intersection des deux axes majeurs : l’axe Nord - Sud reliant le Rolex Learning Center à la station du métro M1 et au futur Centre de congrès (en construction actuellement) et l’axe Est-Ouest déplacé vers le Sud dessinant un mail urbain s’ouvrant à l’Est vers l’Université de Lausanne.

UNIVERSITÉS MÉTROPOLES 

"Connectées ou isolées, concentrées ou dispersées, denses ou diffuses, les universités ont du mal à trouver leur modèle d’organisation et à définir leur place en ville. A l’heure de l’internationalisation de la recherche, de la transversalité des disciplines, de la numérisation du savoir, de la métropolisation et de la compétition des territoires, en quel sens la territorialisation de la communauté universitaire peut être un principe structurant de l’incessante extension métropolitaine ? 3Conçue dans les années 70 sur un modèle fonctionnaliste et rationnel, l’EPFL a entamé depuis plusieurs années déjà, un ambitieux chantier de transformation de son campus. Structuré par un long corps de bâtiment auquel se rattachent perpendiculairement les différents départements du savoir sur le modèle du peigne, ce système permettait de penser l’extension des besoins fonctionnels de l’université… jusqu’à atteindre une certaine masse critique, rendant le système initial inopérant. 

En dissociant les circulations piétonnes des circulations véhicules et logistiques, installant les premières à plusieurs mètres du sol naturel, et concédant aux secondes le droit du sol (naturel) le système ne permet pas de faire le lien entre le campus et la ville, d’en prolonger l’urbanité, de faire participer l’Ecole Fédérale à la métropole qui s’infiltre. 

Le Rolex Learning Center, l’arrivée du métro et le nouveau centre des Congrès sont venus compléter les équipements déjà présents sur le campus, amorçant une réorganisation du campus sur son sol naturel, le premier rapprochant l’EPFL de son lac et de ses cols montagneux, le dernier, initiant un développement vers le Nord. Premiers moteurs, ces équipements sont toutefois peu connectés au système urbain du Campus. 

Par trois fois, comme trois points suturant le Campus de l’EPFL à son territoire, Dominique Perrault casse la radicalité du dispositif d’origine pour faire vibrer ce haut lieu du savoir et de la recherche avec des échelles de territoires supérieures, métropolitaines. 

Il déplace et transforme l’axe urbain existant vers le Sud, ancre les trois nouvelles constructions au niveau du sol, libère des espaces au pied des façades Sud et dessine un mail urbain qui s’ouvre à l’Ouest vers l’université de Lausanne, sortant le Rolex center de son isolement." 

Dominique Perrault, conférence dans le cadre du cycle Universités Métropoles, Ecole polytechnique Fédérale de Lausanne, Pavillon de l’Arsenal, Paris, 2013

Architecte : Dominique Perrault Archtecture

Crédit photo ouverture : Gaëlle Lauriot-Prévost

 

EPFL


Crédit photo : Gaëlle Lauriot-Prévost

ePFL


Crédit photo : Gaëlle Lauriot-Prévost

EPFL


Crédit photo : Alain Herzog

intérieur EPFL


Crédit photo : Alain Herzog

intérieur EPFL


Crédit photo : Alain Herzog

EPFL


Crédit photo : Alain Herzog


+ architecture - concept - Europe


accueil | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales