accueil | la revue | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales

Office et culture - stratégies et environnements tertiaires



LA boutique

Découvrez le dernier numéro d’Office et Culture, toute la collection et les articles. Souscrivez un abonnement en ligne, achetez un numéro ou un article de la seule revue, consacrée à l'aménagement des espaces de travail tertiaire.

architecture

aménagement

produits

évènements

la revue

archives

France

Le New Way Mabilais

16 octobre 2013 Symbole du centre ville de Rennes et typique de l’architecture des années 70, l’ancien centre des télécommunications construit par l’architecte Louis Arretche a fait peau neuve. Le New Way Malibais vient d’être livré après avoir subi une restructuration complète avec une mise aux normes BBC rénovation 2009 d’isolation phonique et thermique. Mais, la personnalité du bâtiment d’origine a été conservée et mise en valeur par l’agence d’architecture nantaise Unité.

New way Mabilais


La Mabilais, un bâtiment de 16500 m2 d’inspiration futuriste, à l’imagerie de science-fiction, s’impose dans le paysage rennais tel un vaisseau spatial posé dans la ville. Installé sur le site d’anciens abattoirs, destiné à l’origine aux télécommunications la fonction du bâtiment  exigeait la construction d’une antenne hertzienne de grande hauteur à laquelle l’architecte ajouta une plateforme de contrôle à 60 m de haut, quiprit alors la forme d’une soucoupe volante.

Coiffé de son pylône, il marque l’entrée du centre ville et bénéficie d’une grande lisibilité depuis le pont Robert Schumann mais aussi depuis la place de Bretagne.

Le projet de réhabilitation du site a été pensé de manière à respecter l’architecture originelle de Louis Arretche et à lui redonner son éclat d’origine. L’agence d’architecture Unité s’est ainsiattachée à conserver les codes architecturaux initiaux malgré une restructuration complète du bâtiment : forme en tripode, fenêtres arrondies et maintien de la tour de la plateforme. L’ensemble de la structure en béton a été conservé. Le béton de la façade a été lavé à haute pression et hydrofugé afin de mettre en valeur sa couleur originelle. Celui des soubassements a été lasuré. Le pylône a été abaissé de 1,3 m, atteignant une hauteur de 83 m permettant d’éviter le balisage de jour et de nuit. Trois jardins imaginés par l’agence Phytolab, spécialisée en paysage et environnement, viennent par ailleurs habiller les pourtours du bâtiment

Client : OTI, filiale de promotion immobilière du Groupe Legendre

Architecte : Agence Unité (Nantes)

16 500 m2 de surface de plancher

21 plateaux de bureaux de 480 à 750 m2

Bâtiment en forme de tripode de 7 étages

271 places de parking

Tour de 83 m - anciennement Hertzienne, aujourd’hui faisant partie de l’uvre de Bruno Peinado

1 600 Châssis Vitrés

6 Ascenseurs

3 ans de travaux :

2010-2011 : Déconstruction et désamiantage

2012-2013 : Travaux neufs

Performance aux standards BBC rénovation 2009

40 millions d’euros HT d’investissement total

Crédit photo : Philippe Piron

new Mabilais à Rennes

jardins

jardins

atrium

façade new Mabilais

façade new Mabilais

hall d'accueil

antenne

New Mabilais à Rennes

terrasse

terrasse

terrasse

plafond


 

antenne


L’intervention de Bruno Peinado, s’intègre dans cette dynamique de réhabilitation respectueuse du lieu et de sa figure emblématique. L’artiste a ainsi décidé « d’accompagner ce site plutôt que de le contredire, de s’inscrire dans sa plasticité extraordinaire plutôt que d’imposer une forme ». À travers son installation, il propose une version réinterprétée du phare. Par des jeux de lumières et de peintures, l’antenne, la soucoupe et le bâtiment de Louis Arretche sont animés d’une respiration et semblent vouloir communiquer avec la ville et ses habitants. L’antenne et la soucoupe volante, les deux éléments porteurs de signes, sont en effet sublimées, en grande partie repeintes, le haut de l’antenne et la partie inférieure de la soucoupe en doré. Dès la tombée de la nuit, plusieurs projecteurs s’activent et viennent éclairer, de manière variable, la partie haute de l’antenne ainsi que le ventre de la soucoupe. Une communication mystérieuse s’établit alors avec la population. Le toit de l’antenne envoie en effet des éclats blancs de lumière. Utilisant le SCOTT, le code morse lumineux en service dans la marine depuis le 19e siècle, la tour, qui fait par ailleurs référence à l’imaginaire de Stanley Kubrick dans son film « 2001 L’Odyssée de l’espace », transmet de manière aléatoire des messages codés aux habitants, telles des bouteilles jetées à la mer.

Installation Tatitati tatata tatiti ti, un code dans la ville de Bruno Peinado

installation Bruno Peinado


+ architecture - France - rénovation


accueil | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales