achetez un articles pdf OfficeEtCulture

Voir des extraits

Informations complémentaires

Les managers rencontrent parfois des comportements de salariés, influencés par des choix personnels, qui affectent l'entreprise et la clientèle. Cela crée un défi juridique pour l'employeur, surtout quand il s'agit de situations floues qui ne constituent pas clairement une faute. Un salarié n'abandonne pas ses traits personnels en entrant dans l'entreprise, ce qui peut influencer ses interactions et sa perception du travail. Les managers, centrés sur la performance, peuvent négliger la complexité des individus. Quand un changement chez un salarié perturbe l'harmonie de travail ou affecte la clientèle, l'employeur peut être tenté d'intervenir, mais doit vérifier si ce changement peut légitimement être sanctionné. Il est crucial de distinguer entre les conséquences objectives d'un comportement et les sentiments subjectifs de l'employeur. Même des faits ancrés dans la vie privée, sans lien avec les obligations professionnelles, peuvent parfois justifier une intervention de l'employeur, mais ils ne peuvent pas toujours faire l'objet d'une sanction. Des exemples variés montrent la complexité de gérer ces situations dans le milieu professionnel.

Choix privés du salarié – L’employeur peut-il intervenir ? (revue 70)

Les managers sont parfois confrontés à des comportements de salariés impactant le fonctionnement de l’entreprise, qui sont les effets de choix d’ordre privé. Dans certaines situations, la clientèle peut être concernée et menacer de se détourner de l’entreprise. Le cadre juridique mériterait d’être clarifié tant l’insécurité pour l’employeur est importante. L’actualité récente, relative à l’abaya, est une illustration de ce vaste espace de doutes avec lequel l’employeur doit composer.

3,50  TTC

2,92  HT

Voir des extraits

Informations complémentaires

Les managers rencontrent parfois des comportements de salariés, influencés par des choix personnels, qui affectent l'entreprise et la clientèle. Cela crée un défi juridique pour l'employeur, surtout quand il s'agit de situations floues qui ne constituent pas clairement une faute. Un salarié n'abandonne pas ses traits personnels en entrant dans l'entreprise, ce qui peut influencer ses interactions et sa perception du travail. Les managers, centrés sur la performance, peuvent négliger la complexité des individus. Quand un changement chez un salarié perturbe l'harmonie de travail ou affecte la clientèle, l'employeur peut être tenté d'intervenir, mais doit vérifier si ce changement peut légitimement être sanctionné. Il est crucial de distinguer entre les conséquences objectives d'un comportement et les sentiments subjectifs de l'employeur. Même des faits ancrés dans la vie privée, sans lien avec les obligations professionnelles, peuvent parfois justifier une intervention de l'employeur, mais ils ne peuvent pas toujours faire l'objet d'une sanction. Des exemples variés montrent la complexité de gérer ces situations dans le milieu professionnel.

Choix privés du salarié – L’employeur peut-il intervenir ? (revue 70)

Les managers sont parfois confrontés à des comportements de salariés impactant le fonctionnement de l’entreprise, qui sont les effets de choix d’ordre privé. Dans certaines situations, la clientèle peut être concernée et menacer de se détourner de l’entreprise. Le cadre juridique mériterait d’être clarifié tant l’insécurité pour l’employeur est importante. L’actualité récente, relative à l’abaya, est une illustration de ce vaste espace de doutes avec lequel l’employeur doit composer.

3,50  TTC

2,92 HT

Les managers rencontrent parfois des comportements de salariés, influencés par des choix personnels, qui affectent l'entreprise et la clientèle. Cela crée un défi juridique pour l'employeur, surtout quand il s'agit de situations floues qui ne constituent pas clairement une faute. Un salarié n'abandonne pas ses traits personnels en entrant dans l'entreprise, ce qui peut influencer ses interactions et sa perception du travail. Les managers, centrés sur la performance, peuvent négliger la complexité des individus. Quand un changement chez un salarié perturbe l'harmonie de travail ou affecte la clientèle, l'employeur peut être tenté d'intervenir, mais doit vérifier si ce changement peut légitimement être sanctionné. Il est crucial de distinguer entre les conséquences objectives d'un comportement et les sentiments subjectifs de l'employeur. Même des faits ancrés dans la vie privée, sans lien avec les obligations professionnelles, peuvent parfois justifier une intervention de l'employeur, mais ils ne peuvent pas toujours faire l'objet d'une sanction. Des exemples variés montrent la complexité de gérer ces situations dans le milieu professionnel.

articles pdf Populaires

La confiance au bureau – (revue 70)

Open space, desk sharing, flex office, New Ways of Working... toutes ces transformations de nos environnements de travail figurent parmi les oripeaux du nouvel âge d’or des bureaux. Ils suscitent de l’incompréhension, des fantasmes, des peurs, voire du rejet. Ils génèrent de la défiance vis-à-vis de directions générales, qui revendiquent pourtant plus de bien-être au travail, une amélioration de l’expérience collaborateur, ou plus d’écoresponsabilité.

L’expérience de l’espace : la proxémie (revue 69)

En 1971, un anthropologue britannique, Edward T. Hall, publie un essai visionnaire consacré à une nouvelle discipline, la proxémie. Il s’avère être d’une grande utilité pour décrypter notre époque.Cet ouvrage, vieux de 50 ans, nous rappelle combien les êtres humains que nous sommes ont des besoins proxémiques.

Mobilier et aménagement – Diversité et inclusivité (revue 70)

Inclusivité et diversité. Deux concepts que l’on a tendance, à tort, à associer à des arguments marketing. Car depuis quelques années, le milieu du travail, motivé par la législation et des salariés toujours plus exigeants, a à cœur d’incarner ces deux enjeux majeurs, et de traiter ce besoin urgent de justice sociale.