achetez un articles pdf OfficeEtCulture

Voir des extraits

Informations complémentaires

L'approche centrée sur l'expérience utilisateur (UX) façonne les environnements de travail en fonction des besoins individuels, parfois au détriment du collectif. Les données individuelles sont essentielles pour mesurer la satisfaction et l'usage, soulevant des préoccupations sur la vie privée. Les objectifs visent l'optimisation des flux et de la fréquence d'utilisation, modifiant l'évaluation financière des espaces de travail. Le télétravail et la variabilité des possibilités renforcent la nécessité de transformer les lieux de travail en centres de flux optimisables par la donnée individuelle. En fin de compte, cela peut entraîner la monétisation et la financiarisation des environnements de travail.

Vers une financiarisation individualisée du lieu de travail ? (revue 69)

Penser l’environnement de travail par l’expérience utilisateur (UX) peut conduire à certaines dérives. La démarche tend à individualiser la mesure de l’utilisation des lieux. Elle transforme l’appréciation de leurs performances en se focalisant sur le flux. La fluidification de l’UX induit le risque de sa financiarisation, dans le cas de stratégies de pilotage par les coûts globaux. Ces stratégies permettent de faire évoluer l’immobilier de centre de coût à centre de profit en invitant, par l’expérience, le collaborateur à payer l’utilisation du lieu de travail.

3,50  TTC

2,92  HT

Voir des extraits

Informations complémentaires

L'approche centrée sur l'expérience utilisateur (UX) façonne les environnements de travail en fonction des besoins individuels, parfois au détriment du collectif. Les données individuelles sont essentielles pour mesurer la satisfaction et l'usage, soulevant des préoccupations sur la vie privée. Les objectifs visent l'optimisation des flux et de la fréquence d'utilisation, modifiant l'évaluation financière des espaces de travail. Le télétravail et la variabilité des possibilités renforcent la nécessité de transformer les lieux de travail en centres de flux optimisables par la donnée individuelle. En fin de compte, cela peut entraîner la monétisation et la financiarisation des environnements de travail.

Vers une financiarisation individualisée du lieu de travail ? (revue 69)

Penser l’environnement de travail par l’expérience utilisateur (UX) peut conduire à certaines dérives. La démarche tend à individualiser la mesure de l’utilisation des lieux. Elle transforme l’appréciation de leurs performances en se focalisant sur le flux. La fluidification de l’UX induit le risque de sa financiarisation, dans le cas de stratégies de pilotage par les coûts globaux. Ces stratégies permettent de faire évoluer l’immobilier de centre de coût à centre de profit en invitant, par l’expérience, le collaborateur à payer l’utilisation du lieu de travail.

3,50  TTC

2,92 HT

L'approche centrée sur l'expérience utilisateur (UX) façonne les environnements de travail en fonction des besoins individuels, parfois au détriment du collectif. Les données individuelles sont essentielles pour mesurer la satisfaction et l'usage, soulevant des préoccupations sur la vie privée. Les objectifs visent l'optimisation des flux et de la fréquence d'utilisation, modifiant l'évaluation financière des espaces de travail. Le télétravail et la variabilité des possibilités renforcent la nécessité de transformer les lieux de travail en centres de flux optimisables par la donnée individuelle. En fin de compte, cela peut entraîner la monétisation et la financiarisation des environnements de travail.

articles pdf Populaires

La confiance au bureau – (revue 70)

Open space, desk sharing, flex office, New Ways of Working... toutes ces transformations de nos environnements de travail figurent parmi les oripeaux du nouvel âge d’or des bureaux. Ils suscitent de l’incompréhension, des fantasmes, des peurs, voire du rejet. Ils génèrent de la défiance vis-à-vis de directions générales, qui revendiquent pourtant plus de bien-être au travail, une amélioration de l’expérience collaborateur, ou plus d’écoresponsabilité.

L’expérience de l’espace : la proxémie (revue 69)

En 1971, un anthropologue britannique, Edward T. Hall, publie un essai visionnaire consacré à une nouvelle discipline, la proxémie. Il s’avère être d’une grande utilité pour décrypter notre époque.Cet ouvrage, vieux de 50 ans, nous rappelle combien les êtres humains que nous sommes ont des besoins proxémiques.

La semaine de quatre jours – les enjeux masqués (revue 69)

Le confinement a perturbé profondément les normes du travail en influençant les attentes concernant le lieu et la durée du travail. La demande croissante pour des modèles de travail plus flexibles a incité les gouvernements à explorer la possibilité de la semaine de quatre jours, encore en phase expérimentale. Toutefois, avec l'avènement de l'intelligence artificielle dans les entreprises, les réflexions sur les conséquences à court terme pourraient négliger les véritables défis qui se profilent pour les entreprises et l'économie dans son ensemble.